Histoire de Louise

Louise : L’histoire d’une rencontre et d’un amour inconditionnel de la construction

 

Le désir de me construire une maison ne date pas d’hier.

 En fait le moment précis où tout a commencé est lorsqu’à 17 ans j’ai dit à ma mère que je voulais prendre une année sabbatique pour me construire une maison en rondins de bois.

J’avais lu un livre sur le sujet et c’était le seul type de construction qui m’apparaissait accessible (mes parents avaient plusieurs acres de terrain).

 Inutile de vous dire qu’ils ont eu vite fait de me ramener sur terre avec des arguments-béton :

1- « Tu es une fille et c’est un monde de gars. »

2- « Tu n’y connais rien dans ce domaine. »

3- « Tu n’as pas d’argent. »

…et la conclusion massue « Il faut avoir les moyens de ses ambitions. »

 

 A ce moment-là, j’ai comme reçu un poignard droit dans le cœur. Même si tout ça était dit pour mon bien, je vous avoue quand même que cela a été très douloureux.

 Je me suis donc rendu (momentanément) à leurs arguments et je me suis dit :

« Finalement, ce ne sera pas pour moi.

Autant trouver un autre rêve, rentrer dans les rangs de ce qui est normal à faire… pour une fille. »

 Avec le recul, ce qui est surprenant c’est de constater le POUVOIR DE NOTRE SUBSCONCIENT guidé par ce désir fort que j’avais de me bâtir une maison. Même en mettant mon projet au rancart tout s’est mis en place tranquillement pour que j’y arrive, et ce même au-delà de mes espérances !

Permettez-moi de vous expliquer.

 

  Argument n°1 : « T’es une fille et c’est un monde de gars. »

 Je ne pouvais pas changer le fait que j’étais une fille. Par contre si je me trouvais un compagnon qui aimerait la construction autant que moi ce serait un problème réglé !

J’avais donc trouvé la solution… et effectivement c’est ce qui arriva plusieurs années plus tard. Depuis, mon conjoint et moi sommes toujours associés en affaire et dans la vie.

En fait, nous nous complétons si bien dans notre passion qu’en 2000 nous avons créé notre entreprise de construction.

 

 Argument n°2 : « Tu n’y connais rien dans ce domaine. »

 Finalement, j’ai décidé de ne pas prendre d’année sabbatique pour construire ma maison et de m’inscrire au Cegep en science pures et appliquées. Je n’avais aucune idée de carrière… mais les sciences ont bonne réputation. La suite logique a été l’Université en biophysique. Mais après 2 ans je me suis rendu compte que ce n’était pas pour moi : j’étouffais et rien ne faisait de sens…

 J’ai repris la route du Cegep pour un programme d’assainissement des eaux. Je me rapprochais doucement du monde de la construction avec de nouvelles connaissances sur la qualité de l’eau de consommation et des systèmes de traitement des eaux usées.

 Puis j’ai eu l’opportunité de suivre la formation d’Agent immobilier au Cégep et de travailler pour l’agence de Century 21. Quelle belle expérience !

J’y ai appris le droit et la mathématique immobilière, la vente, la négociation et bien des aspects liés à ce domaine. Cette carrière fût courte mais très enrichissante et me sauva la mise à plusieurs reprises lors de transactions futures.

 Je me rapprochais sérieusement de mon objectif mais il me manquait le savoir-faire pour construire. Je me suis donc inscrite pour le plaisir d’apprendre à la formation professionnelle du « Métier de charpentier/menuisier».

 Là tout était presque en place. J’avais le volet masculin et le volet connaissances… il me manquait le volet budget.

 Voici comment j’y suis arrivé pour régler ce troisième obstacle.

 

 Argument n°3 : « Tu n’as pas d’argent. »

 Comme beaucoup, j’ai eu besoin d’un travail bien payé, à temps partiel, pour mes études.

Je me suis enrôlée à 17 ans comme soldat dans la réserve médicale des forces armées canadiennes. J’y ai appris tellement ce fût pour moi une source d’apprentissage continu durant près de 40 ans.

 À ma retraite, au grade de Lieutenant-colonel qualifié Colonel, j’avais su développer au fil des ans de nombreuses aptitudes transférables au domaine de la construction : travail d’équipe, de planification, d’organisation et de leadership.

 Ce travail à temps partiel et mon emploi à temps plein comme technologue en assainissement des eaux m’avait permis de me rapprocher de mon objectif financier.

 Même si Serge travaillait dans le domaine de la construction et que nous vivions à cette époque dans une mini maison pour économiser, nous avions de la difficulté à amasser les fonds nécessaires.

 Bien décidé à poursuivre notre rêve ensemble, nous avons commencé par emprunter $10,000 à notre institution financière pour l’achat d’un terrain. C’était un premier pas.

 Une fois propriétaire nous y allions souvent, passant nos soirées à rêver de notre maison idéale.

 Un an plus tard bien préparé avec notre plan bien précis, nous sommes retournées à notre institution pour demander un prêt hypothécaire. Nous savions que cela ne serait pas facile car les auto-constructeurs ne sont pas vraiment ce que l’on peut appeler des placements sûrs pour eux. Nous voulions un prêt hypothécaire de $40,000 et nous n’avions pas d’argent autre que le terrain à donner en garantie (alors qu’il n’avait pas encore été remboursé).

 Parfois la vie met sur notre route des gens d’exception. Le directeur de notre institution financière en était un. Il a cru en nous, vu notre passion et notre détermination.

 Il faut dire qu’à passer un an à rêver sur le terrain, nous étions bien… et même très bien préparés. Il nous a donné notre chance. Je peux vous dire que nous ne l’avons pas déçu; nous sommes des gens travailleurs et de parole.

 Nous avons donc été capable de débuter l’aventure de notre première maison. Juste pour votre information sur le $40,000 nous avons remis le $10,000 emprunté. Notre budget réel au départ pour construire la maison était de $30,000. Cela m’a pris 15 ans pour tout mettre en place et construire ma première maison, malgré les obstacles j’y suis arrivé. C’était le début avec mon conjoint d’une très grande aventure.

 Ici il est important de mentionner qu’à cette époque nous n’étions pas entrepreneurs, juste de jeunes gens super motivés qui avaient un rêve… et déterminés à le réaliser peu importe les sacrifices.

À partir de ce moment-là, notre passion pour la construction et l’immobilier n’a cessé de grandir et continue de grandir encore aujourd’hui. Chaque construction nous apporte de nouveaux défis, nous pousse à aller plus loin à apprendre et à innover.

 

« Il faut avoir les moyens de ses ambitions. »

Pour y arriver nous avons dû être imaginatifs, ingénieux, persévérants et déterminés.

  Les années suivantes nous avons poursuivi notre aventure avec de nouvelles auto construction, achat, vente, rénovation de propriétés en utilisant l’équité de nos maisons comme levier financier. Nous avons aussi beaucoup appris lors des constructions de clients, confrères et amis.

Nous avons suivi et suivons encore des stages, formations, lectures sur ce qui se passe dans le domaine de la construction et de l’immobilier.

Serge et moi ne sommes pas prêts de prendre notre retraite puisque la retraite, c’est de réaliser ce qui nous passionne… et c’est exactement ce l’on fait tous les jours !

  

 Riches de nos nombreuses expériences, formations et accompagnement nous avons développé une approche innovatrice qui vulgarise et simplifie tout projet d’achat/vente, construction /rénovation.

 

Le partage de ces nombreuses leçons apprises permet à ceux que nous accompagnons de voir leur maison comme un système où toutes les composantes sont importantes et reliées entre elles pour former un tout. Bien préparé tout devient tellement plus facile et agréable !

 La prise de décisions est simplifiée et laisse alors place au plaisir et à la grande fierté de voir son rêve se réaliser : être bien chez soi. Et ce peu importe son budget et ses connaissances.

 Vous avez le droit de RÊVER. Je vous assure que rien n’est impossible si vous le voulez vraiment.

 

 

Close

50% de complété

Vous êtes intéressés à connaître plein de trucs et astuces pour éviter de vous faire avoir?

Abonnez-vous immédiatement  pour ne rien manquer!